- Champ d'argile - http://adecap.eu -

Haptique

L’haptique, du grec ἄπτομαι (haptomai) qui signifie « je touche », désigne la science du toucher, par analogie avec l’acoustique ou l’optique. Au sens strict, l’haptique englobe le toucher et les phénomènes kinesthésiques, c’est-à-dire la perception du corps dans l’environnement.

L’haptique est la manière de s’exprimer avec notre sens du toucher et de se situer dans le monde à travers ce sens.

Quelques phrases extraites de textes écrits par le professeur Heinz Deuser et traduits par Daniel Beguin (références en bas de page) :

Sous le terme haptique, nous entendons le domaine du toucher – ici en particulier l’univers sensoriel des mains, avec lequel nous nous exprimons et par lequel nous gagnons et déployons immédiatement notre rapport au monde. … Tout ce que nous faisons, et qui nous est propre, s’exprime ici et vient en retour à notre rencontre.

Le champ d’argile est un objet haptique… A son contact, nous réalisons comment nous nous exprimons, comment nous entrons en relation avec nous même, comment nous nous orientons et comment nous répondons, en donnant forme,  de façon concrète à ce que nous rencontrons dans ce faire. La structure haptique dans ce processus nous place au présent dans un rapport actualisé au monde.

Ce que nous rencontrons dans le champ d’argile vient à notre rencontre, et notre comportement répond à ce que nous rencontrons.

L’haptique est le processus d’interactions à travers lequel nous nous extériorisons tout en nous percevant, et dans lequel nous nous orientons. C’est la manière avec laquelle nous accueillons et nous intégrons ce que nous rencontrons, et avec laquelle nous nous réalisons en nous donnant forme. Pour cela, nos sens premiers sont d’une grande importance : le toucher, l’équilibre, la sensibilité en profondeur avec le ressenti de la pression.

Simultanément se développent une relation en direction de l’intérieur de soi et une relation vers l’extérieur.  Dans la réponse à ces deux défis, c’est le moi propre et devenant conscient qui se développe.

La compréhension haptique englobe toujours deux champs d’expériences : pendant que nous touchons quelque chose d’extérieur, nous sommes simultanément touchés de l’intérieur dans notre être psychologique. Chaque chose qui se trouve face à nous nous renvoie à nous-même. Cela nous touche en tant que chose du monde extérieur.  Et cela nous touche également en tant qu’être.

Pour en savoir plus, deux textes du Professeur Heinz Deuser [2], traduits par Daniel Béguin et disponibles auprès de lui (dbeguin@bluewin.ch), tirés de l’ouvrage – Der haptische Sinn [3] – :